La réserve nationale "Samburu" (Kenya)

< retour à l'itinéraire

L'expérience qui nous attend est bien plus exaltante que celle des allumettes en rotation! Le soir même nous arrivons dans la réserve nationale des Samburus (une des nombreuses tribus qui peuple le Kenya).

Notre logement: de solides tentes situées dans la réserve.
Nos voisins: quelques singes, des babouins, un éléphant égaré (et les autres... nous avons préféré rester sous la tente pour ne pas les rencontrer de nuit...).

Les tentes du campement au levé du soleil

 

Dans la réserve, des impalas ...

... des buffles (que nous ne sommes pas seul à observer!)

 

Le discret léopard, que seule Isabelle a pu photographier

Au deuxième jour de notre périple, nous commençons tôt le matin à "traquer" les animaux avec nos objectifs. Le plaisir des yeux commence!

Alors que le guide nous annonce que le léopard est difficile à observer, le premier animal qu'Isabelle aperçoit en est un!
assis sur un rocher en train de nous surveiller!
Ce matin-là la chance est avec nous.

 

Des groupes d'éléphants viennent successivement se laver et s'abreuver

Les éléphanteaux sont bien encadrés

 

De magnifiques girafes (girafes réticulées) que nous observons à plusieurs reprises

Un zèbre (de Grévy) qui s'écarte nonchalammant de notre véhicule

 

A la mi-journée, nous partons visiter les habitants du lieu, les Samburus. Les Samburus sont une communauté de nomades et d'éleveurs (bétail, chèvres, chameaux) habitant le Kenya septentrional. Ils sont de nature robuste et s'apparentent culturellement aux Masaïs. Leur nourriture est frugale, de la viande de chèvre essentiellement et du sang. Ils tiennent à garder fermement leurs coutumes et rites, ils possèdent leurs propres écoles à l'intérieur du village et la plupart d'entre eux ne se sont jamais rendus à Nairobi.

Dans cette tribus, l'homme à la part belle: il peut épouser plusieurs femmes et se sont elles qui construiront la maison! Seul ombre au tableau, pour marier une femme Samburu, il faut compter entre six et douze têtes de bétail et avoir l'aval du parlement du village (groupe formé uniquement d'hommes évidemment!).
Mais la vie d'homme reste rude, avec comme tâches essentielles, l'approvisionnement en nourriture et veiller à la sécurité de la communauté.

Leurs vêtements sont souvent de couleur rouge ou ocre et ils portent de nombreuses parures. Chez les Samburus, porter des colliers est signe de richesse. Cette coutume est apparue au début du siècle passé (XXe), avec l'arrivée de Turquie des premières perles. Auparavant, ils portaient des parures bien moins colorées faites de bois, d'os, de métal et de cuir.

Ce qui nous a le plus impressionnés reste le choix de leur lieu de vie: au sein d'une réserve abritant autant les prédateurs de l'homme que du bétail. Plusieurs fois, nous les apercevons parcourir la réserve à pieds, tandis qu'il nous est interdit de sortir du véhicule. Les légendes leur prêtent des forces surhumaines.

 

Les femmes Samburus nous présentent une danse traditionnelle

Le nombre de colliers est proportionnel à la richesse de la famille

 

Un groupe d'oryx (de Beisa) à peine inquiété par notre présence

La lionne nous ignore et passe rapidement

 

Un des grivets, perché au-dessus de notre camp, attiré par la nourriture

Même si les nuits ont été très courtes - nous ne sommes pas habitués à entendre autant de bruits et cris autour de nous - ces moments passés sillonner la réserve sont inoubliables.

Etant partis en basse saison, nous avons la chance de ne voyager qu'à trois dans la jeep. Nous partageons cette semaine de safari avec Andrew, un Anglais au flegme caractéristique. Nous nous lançons à chaque repas dans de longues discussions, tant sur son travail avec les animaux dans une réserve du Swaziland que sur notre propre situation au Rwanda.
Nous apprécions, les repas que nous mijote à même les braises le cuisinier qui nous accompagne. Jamais depuis septembre nous n'avions mangé autant de bonnes viandes et d'oeufs.

Un seul regret pourtant: ne pas avoir pu observer un lion (probablement bien trop flémard pour se montrer!).

 
< retour à l'itinéraire