Les ateliers de Bombolulu, Mombasa (Kenya)

< retour à l'itinéraire

Cet ouvrier prépare une pièce servant à la fabrication de roues

Et celui-ci soude les éléments d'un chassis

 

Nous profitons de notre passage à Mombasa pour visiter les ateliers de Bombolulu situés en périphériques de la ville.
Les ateliers de Bombolulu ont été fondés en 1969 par l'association kenyane des handicapés. Plus de 150 personnes souffrant d'handicapes physiques s'y forment et y travaillent. Les occupations à l'intérieur de Bombolulu sont variées: il est autant possible de travailler dans des ateliers de métallurgie, d'ébénisterie, de couture, de sculpture, de cuire que dans la botanique.

Les employés sont autonomes, habiles et efficaces. Ils ont la possibilité de changer d'activité afin que leur travail ne devienne trop monotone mais aussi pour acquérir d'autres connaissances et parfaire habiletés manuelles.

Lors de notre visite dans les différents ateliers, nous avons apprécié leur enthousiasme et leur assiduité à la tâche. Chose remarquable étant donné que leurs travaux sont parfois ingrats (imaginez fabriquer en série de minuscules personnages en fil de fer...).

En notre présence, une ouvrière qui manifestement en a assez de son activité répétitive, le signale au responsable qui l'invite à faire une pause. Ici, les chefs d'ateliers sont attentifs au bien-être des employés.

 

 

Comme vous le voyez, nous déconcentrons les ouvriers

 

Plusieurs anciens prototypes, pour des usages particuliers

Une chaise roulante actionnée manuellement

 

La "nurserie des plantes" de Bombolulu

Dans les ateliers de Bombolulu, on ne fabrique pas uniquement des objets artisanaux. Une des préoccupations de ce centre est d'améliorer l'autonomie et le confort au quotidien des personnes handicapées. Des ouvriers produisent ainsi divers types de chaises roulantes, selon l'handicape et l'usage.

Nous avons par exemple vu une chaise spécialement faite pour maintenir la tête, les jambes et les bras, une autre pour s'adonner au sport et une autre encore conçu pour se doucher. La liste est plus longue encore.

 

Nous visitons également la "nurserie des plantes" de Bombolulu. L'horticulteur nous présente plusieurs variétés de fleurs et plantes aussi belles qu'étranges. L'une d'entre-elles appelée "Don't touch me" (désolés, nous ne connaissons pas son nom en français, mais peut-être Dédé pourras-tu nous aider?) replie immédiatement ses feuilles lorsqu'on les effleure.

Nous achetons quelques semences avant de poursuivre notre visite. Cela fera plaisir aux personnes de la famille ayant la main verte.

 

 

Un artisan prépare de petites pièces ...

... servant à réaliser des personnages ou décorations en fil de fer

 

En passant dans l'atelier de couture, nous découvrons l'ampleur de leur production: plusieurs cartons de vêtements imprimés sont prêts à être acheminés en Europe. Nous faisons d'abord face à la timidité des couturières, mais rapidement elles ont plaisir à nous présenter leurs travaux. Une confectionne des animaux en tissu, une autre termine un kikoi (tissu typique du Kenya) et d'autres encore cousent des sacs.

 

 

 

Isabelle en profite pour acheter une ceinture en cuire réajustée à sa taille devant nous: rien à dire, leurs gestes sont rapides et précis. En quelques minutes, la ceinture est raccourcie, recollée, des rivets sont ajoutés pour la renforcer et finalement, quelques trous supplémentaires sont perforés.

Malgré nos sacs à dos déjà bien pleins, Isabelle ne peut s'empêcher de succomber à l'achat d'un bracelet. Mais il faut admettre qu'il est très original: fait d'épingles à nourrice agrémentées de câbles téléphoniques multicolores, une belle réalisation.

Fini la visite et les achats pour aujourd'hui, nous regagnons en fin d'après-midi notre hôtel.

 

Finition de colliers

 

Vernissage et séchage des éléments des bracelets

Comme vous le voyez, la récupération tient ici une place importante

 

Ces deux femmes nouent les extrémités d'un kikoi

Réalisation d'un sac à main

 
< retour à l'itinéraire